Vous êtes ici : Accueil > Actus > Opérations > "TOHU BAHUT"
Publié : 10 décembre 2017
Format PDF Enregistrer au format PDF

"TOHU BAHUT"

Regard sur tout ce qui bouge

Depuis la rentrée de septembre 2017, le lycée Louis Modeste Leroy d’Evreux accueille Laure Ledoux, photographe, pour une résidence d’artiste dans le cadre de l’Action triennale d’éducation artistique et culturelle.

Les élèves de seconde et première de l’option facultative d’arts plastiques ainsi que les premières AMA CV du lycée professionnel, encadrés par les enseignants Françoise Hellard et Olivier Lemeur, construisent avec la photographe un projet autour de la notion de mouvement, de trajet, de flux et déplacement dans l’espace scolaire, mêlant photographie, graphisme, peinture, collage…dans un travail protéiforme qui fera l’objet d’une exposition et d’une parution en fin d’année prochaine.

Elle a également invité le plasticien Charles Deflorenne à se joindre au projet pendant quelques séances.

Laure Ledoux expose en parallèle de sa résidence, dans le réfectoire du lycée, une série de portraits photographiques qui interpelle de nombreux lycéens : Kaamos.


Kaamos
tirages jet d’encre, contrecollés et encadrés
50x70 cm et 30x40 cm

"Laure Ledoux centre sa pratique artistique photographique autour du portrait et des sensualités du visage. Elle évoque le dépassement de soi et la résistance des corps en travaillant avec des boxeurs et des danseuses à la suite de leur entrainement. La fatigue devient l’élément déclencheur d’un lâcher prise qui amène le visage à se livrer.
Laure Ledoux se pose la question de la limite du corps tout en évoquant le mouvement de celui-ci. Elle affirme sa vision du portrait comme un acte de résistance.
Le fond noir utilisé dans les photographies n’est pas un manque d’information de lumière mais une matière à part entière. La profondeur des noirs laisse comme un espace inconnu et à imaginer. Mohamed Ali compare les coups qui mènent au KO à des lumières noires, des lumières de l’inconscience. C’est exactement ce moment qui intéresse Laure Ledoux : l’état d’entre deux, entre conscience et inconscience.
Dans cette idée de lumière noire, d’obscurité, d’invisible, le kaamos est une période de l’année, dans le Grand Nord, où le soleil ne se lève pratiquement pas.
La représentation des boxeurs ou danseuses par la photographe va au-delà des apparences. Les modèles livrent un moment intime de leur pratique sportive. Ils se sont laissés photographiés juste après leur entraînement. C’est cet instant précis que la photographe souhaite présenter. Les portraits exposent les limites physiques des personnages. Les regards des modèles sont une ouverture à leurs sensations intérieures physiques et mentales. L’artiste présente une intériorité essentielle située sous l’attitude corporelle. L’obscurité ambiante valorise les portraits et crée une certaine intensité. Entre tension et relâchement."