Vous êtes ici : Accueil > Numérique > Lettres Tic’Édu > Parution de la nouvelle lettre EDU_NUM N°17
Publié : 20 juin 2016
Format PDF Enregistrer au format PDF

Parution de la nouvelle lettre EDU_NUM N°17

La lettre TicEdu devient la Lettre Édunum et consacre un dossier aux pratiques numériques qui interrogent la matérialité et la virtualité de l’œuvre en rapport avec une réflexion sur le numérique éducatif.

Parution de la nouvelle lettre EDU_NUM N°17 rédigée par Denis Dufour sur l’oeuvre et sa matérialité dans le domaine numérique.

INTRODUCTION

Le début du XXIe siècle voit la réflexion et les pratiques éducatives s’articuler aux nouvelles dispositions que les technologies numériques induisent face à la perception, au faire et au savoir. L’une des évolutions notables les plus régulièrement avancée concerne la notion de pédagogie inversée. Celle-ci se conçoit dans un contexte de dématérialisation non seulement des supports et des contenus des savoirs, mais aussi des œuvres d’art. Matérialité et virtualité définissent de longue date des modalités spécifiques d’existence des œuvres dans le champ des arts plastiques : soit que l’on se trouve en présence matérielle d’une œuvre, dans un lieu d’exposition ou de monstration ; soit que l’on se trouve en présence virtuelle d’une œuvre en gestation dans l’atelier de l’artiste. Désormais, cette présence virtuelle se prolonge, se transforme de manière dématérialisée dans le flux des médias numériques. En d’autres termes, la virtualité suppose l’œuvre, soit comme une figure en devenir esquissée dans l’atelier de l’artiste, soit comme un possible implanté dans un monde virtuel et interconnecté au spectateur réel ou son avatar. La matérialité suppose l’œuvre comme une chose concrète et un phénomène sensible placé, situé en regard de celui qui la perçoit. Est-ce à dire que matérialité et virtualité ne s’articuleraient que sur l’axe d’une opposition stricto sensu ? Dans une période qui s’étend de l’après- guerre au début du XXIe siècle se joue le passage d’une conception de l’œuvre concrète, telle que Clément Greenberg la pense en rapport étroit au médium et au formalisme de l’art, à l’œuvre immatérielle telle que Florence de Mèredieu l’interroge, puis à l’œuvre dématérialisée (numérique), voire rematérialisée dans les pratiques artistiques les plus actuelles. Ces régimes de distinction et d’articulation entre les œuvres, produites par les médiums traditionnels et/ou les médiums numériques, constituent-ils un changement significatif de paradigme esthétique ? Comment amènent-ils à se questionner sur la nature, l’espace et la temporalité de l’œuvre ? À travers des ressources en ligne et bibliographiques, ce rapport questionnant entre la matérialité et la virtualité est examiné dans les champs de la création et de la pédagogie des arts plastiques. En croisant et en comparant ces ressources, on s’apercevra notamment que la distinction entre matérialité et virtualité appelle une approche nuancée, à même de contribuer à une meilleure intelligence de l’œuvre et du rapport à l’œuvre dans les pratiques pédagogiques. Cette lettre propose des références dans les champs de l’histoire de l’art, de la création actuelle et des sciences de l’art. Cette sélection de ressources, sans volonté d’exhaustivité, a pour objectif d’apporter son soutien aux enseignants d’arts plastiques dans la construction de leur enseignement.

Voir en ligne : Edu_Num N°17